Métier Maçon

Après le nivellement du terrain, le maçon est le premier à intervenir dans la construction d’un bâtiment, Il élabore ou met en place les éléments porteurs d’une construction en respectant les plans : il prépare et réalise les fondations, coule la dalle, monte les murs et les cloisons, pose les planchers, c’est que l’on appelle le « gros œuvre ».

Un rôle-clé -Le maçon est le garant de la qualité de l’enveloppe et de la structure du bâtiment en dehors des systèmes constructifs bois. Il intervient sur tout type de bâtiment, aussi bien dans le cadre de constructions neuves que sur des chantiers de réhabilitation ou restauration de bâtiments anciens.

Des prestations variées – Selon les constructions, le maçon a l’occasion de manipuler du béton, des liants, des moellons, de la pierre, de la brique, du bois, des matériaux composites, des ensembles préfabriqués (poutrelles, hourdis, pré-dalles) …. En conséquence, il utilise des outils à main (truelle, fil à plomb, …) et/ou des équipements mécaniques comme les matériels électroportatifs ou pneumatiques. Le maçon maîtrise également la fabrication des éléments qui servent à maintenir ou à décorer l’enveloppe du bâtiment : mortier, ciment, plâtre, résine…, et réalise des enduits intérieurs et extérieurs. Dans certaines régions, le maçon peut être également couvreur et charpentier.

Des secteurs diversifiés - Un maçon peut être appelé sur des chantiers de construction, de rénovation, voir même de destruction. Il peut être amené à construire des bâtiments traditionnels ou modernes : maison individuelle, immeuble collectif d’habitation, immeubles de bureaux, centres commerciaux, bâtiments industriels …. Il peut participer à la restauration et à la réhabilitation de monuments historiques.

Un métier évolutif – La variété des chantiers, sur lesquels peut travailler un maçon, permet à celui-ci de faire évoluer et diversifier ses savoir-faire. Le maçon, qui le souhaite, a souvent la possibilité de s’exercer à des techniques totalement différentes, en passant de la construction traditionnelle, au monomur, à des bétons spécifiques, à l’assemblage d’éléments préfabriqués à l’isolation thermique par l’extérieur …. Un maçon peut également se spécialiser dans la performance énergétique des bâtiments et conseiller ses clients.  

Condition et environnement de travail

Le maçon travaille la plupart du temps en extérieur, seul ou au sein d’équipes plus ou moins restreintes et se déplace au rythme des chantiers. Lorsqu’il travaille sur un site occupé, chez un particulier ou un site ouvert au public, il doit s’adapter à certaines contraintes : planifier, baliser les lieux, limiter bruit et poussières…

Les qualités et apptitudes attendues

  • Sens de l’espace - géométrie
  • Capacité à s’organiser
  • Rigeur et précision

Perspectives professionnelles

  • Possibilité de se spécialiser en contruction de maisons neuves ou dans la restauration de bâtis anciens et d’exercer une activité de chapiste coffreur et de préfabrication
  • Chef d’équipe avec une expérience confirmée ou une formation
  • Fonction de bureau d’études après un complément d formation adaptée
  • Chef d’entreprise maçon après quelques années d’expérience et une formation en gestion et pilotage d’entreprise
  • Métiers voisins : carreleur, plâtrier

Témoignage

Sébastien Roy, jeune chef d’entreprise artisanale spécialisée dans la maçonnerie

Pourquoi avoir eu envie de reprendre l’entreprise de maçonnerie créée par votre père en 1977 ?

S.R. : J’ai en effet repris, en 2008, l’entreprise créée par mon père, motivé par deux raisons principales. D’une part, j’étais « tombé » dans ce métier dès mon plus jeune âge et je connaissais donc bien ses points forts et ses points faibles. D’autre part, mon père partant à la retraite, j’ai eu envie de pérenniser cette entreprise. Cependant, avant de devenir salarié de l’entreprise familiale, j’ai tenu à travailler dans d’autres entreprises de maçonnerie pour avoir des expériences et des visions différentes, afin de pouvoir faire la part des choses avant de m’engager.

Pouvez-vous préciser votre parcours ?

S.R. : J’ai tout d’abord passé un CAP puis un Brevet Professionnel. J’ai ensuite enchaîné avec un Brevet de Maîtrise qui m’a notamment donné des notions de gestion d’entreprise. C’est à partir de ce moment là que j’ai travaillé dans d’autres entreprises de maçonnerie de la région. J’ai également été formateur, pendant 6 ans, au CFA (Centre de formation d’apprentis), ce qui me donne « un plus » vis-à-vis de mes propres apprentis et stagiaires. Je suis d’ailleurs fier qu’un de mes apprentis actuels ait reçu, cette année, la médaille d’argent du Concours du meilleur apprenti en 2009. J’ai également engagé deux anciens apprentis, dont un est devenu chef d’équipe.

Quels sont, d’après vous, les principaux atouts de votre entreprise pouvant donner envie aux jeunes de venir y travailler ?

S.R. :  Je pense que la polyvalence des activités de l’entreprise et la diversité des chantiers, de la maison individuelle aux bâtiments industriels, dans le neuf et la rénovation, sont des éléments d’attractivité. En effet, je n’ai pas voulu nous spécialiser mais, au contraire, diversifier les types de matériaux pouvant être utilisés, des matériaux traditionnels (parpaings, briques, béton …) jusqu’aux matériaux écologiques parfois prescrits par nos clients (monomurs, pierres, enduits chanvre …). En multipliant les expériences, les maçons qualifiés peuvent à terme être amenés à accéder à la réalisation de beaux projets, d’ouvrages d’art dans les travaux publics, à la rénovation de bâtisses anciennes, d’églises ….

Pour en savoir plus : www.artisanat.info