Former en alternance

Apprentissage, contrat de professionnalisation…choisissez la formation la plus adaptée à la gestion des compétences de votre entreprise.
Découvrez l'apprentissage dans les métiers de l'artisanat du bâtiment

L’apprentissage repose sur le principe de l’alternance entre enseignement théorique en centre de formation d’apprentis (CFA) et enseignement du métier chez l’artisan avec lequel l’apprenti a signé son contrat. Un contrat d’apprentissage est conclu entre l’artisan et l’apprenti ou son représentant légal.

Contenu dédié aux adhérents

Age requis

Tout jeune âgé de 16 à 25 ans peut entrer en apprentissage. Une dérogation peut être octroyée à un jeune de 15 ans s’il a effectué la scolarité du 1er cycle de l’enseignement secondaire ou s’il conclut un contrat d’apprentissage après avoir suivi un parcours d’initiation aux métiers dans le cadre de l’apprentissage « junior ». De même, une dérogation peut être obtenue pour être apprenti au-delà de 25 ans à la condition qu’il ait un projet de création ou de reprise d’entreprise nécessitant l’obtention d’un diplôme ou d’un titre.

Durée du contrat

La durée du contrat peut varier de 1 à 3 ans en fonction du type de profession et de la qualification préparée. Cette durée peut être adaptée pour tenir compte du niveau initial de compétence de l’apprenti ; la durée maximale peut être portée à 4 ans pour un apprenti handicapé. A l’inverse, la durée du contrat peut également varier entre six mois et un an, lorsque la formation a pour objet l’acquisition d’un diplôme ou d’un titre.

Maître d’apprentissage

Le jeune est obligatoirement suivi par un maître d’apprentissage, qui est soit le chef de l’entreprise artisanale, soit l’un des salariés de l’entreprise. Dans ce dernier cas, l’obtention du Titre de « Maître d’Apprentissage Confirmé » (TMAC) par différents procédés (par formation et validation des compétences, par simple validation ou encore par équivalence) est obligatoire. Des dérogations à titre provisoire sont prévues pour les maîtres d’apprentissage encadrant pour la première fois un apprenti (ils bénéficient de deux ans à partir de la signature du contrat pour obtenir le TMAC) et pour ceux ne remplissant pas les conditions d’ancienneté et d’expérience (ils disposent d’un an à partir de la signature du contrat pour l’obtenir).

Le maître d’apprentissage a pour mission de contribuer à l’acquisition par l’apprenti des compétences nécessaires à l’obtention du titre ou du diplôme préparé, en liaison avec le CFA.
Un entretien d’évaluation du déroulement de la formation est à effectuer 2 mois après la signature du contrat, en présence de l’apprenti, du maître d’apprentissage et d’un formateur du CFA. L’objectif de l’entretien d’évaluation est de faire le point et éventuellement d’adapter la formation.

Conditions matérielles pour l’apprenti

  • accès aux mêmes dispositions sociales et au même régime de prévoyance que les salariés du BTP, notamment pour les congés payés et la médecine du travail. Il existe un dispositif de complémentaire santé pour les apprentis non couverts par un contrat collectif d’entreprise.
  • rémunération variable selon son âge et l’ancienneté de son contrat,
  • carte d’apprenti, valable sur tout le territoire, donnant droit à des réductions tarifaires diverses (sport, cinéma…)
  • accès à des prêts et aides spécifiques pour l’achat de véhicules, l’accès au logement…
  • « passeport de formation », document retraçant le parcours du jeune afin de l’aider, notamment dans ses recherches d’emploi.

Consultez la grille de rémunération des apprentis

Aides à l’embauche d’un apprenti

  • crédit d’impôt par apprenti présent au moins un mois dans l’entreprise : de 1 600 euros par an, jusqu’à 2 200 euros par an si l’apprenti est employé dans des conditions spécifiques : travailleur handicapé, accompagnement personnalisé (CIVIS), « entreprise du patrimoine vivant », et contrat conclu à l’issue d’un contrat de volontariat pour l’insertion.
  • prime de 1800 euros pour toute embauche d’apprentis supplémentaires dans les entreprises de moins de 50 salariés jusqu’au 31 décembre 2010.
  • aide apportée aux entreprises de 11 salariés et plus, visant à compenser le versement des cotisations sociales, pour toute embauche d’apprenti avant le 31 décembre 2010.

Le point de vue de la CAPEB

L’apprentissage représente la voie d’excellence de la formation professionnelle, comme l’atteste le fait que les artisans forment 84% des apprentis du secteur.

Pour en savoir plus, contactez votre CAPEB départementale